Maladie d’Alzheimer : les symptômes

Maladie d'AlzheimerPlusieurs signes avant- coureurs doivent alerter l’environnement familial d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer afin de permettre d’établir un diagnostic. En effet, plus la maladie est décelée tôt, mieux pourra s’effectuer le suivi.

Le diagnostic.

Dans un premier temps, le médecin soumet le patient à des tests de mémoire, fait une ponction lombaire (qui quantifie le taux de deux protéines dans le liquide céphalo-rachidien) ou un PET SCAN (qui permet de repérer les anomalies du cerveau grâce à un produit radioactif). Enfin, une I.R.M permet de vérifier si l’hippocampe (zone de la mémoire) a diminué ou non.

Les premiers signes qui doivent alerter.

A ce stade, il ne faut pas confondre vieillissement et maladie. Les indices sont différents dans le sens où il y a une perte de repères au niveau des saisons, une difficulté à suivre ou à maintenir une conversation, à se laver ou à exécuter des tâches ménagères, à gérer son budget.

Peu à peu, le malade s’éloigne du moment présent.

Ce stade peut durer 8 à 10 ans, de manière modérée et discrète ; c’est pour cela que souvent, les proches ne voient dans ces signes que ceux de la vieillesse qui s’installe.

L’évolution.

La maladie est bel et bien présente lorsque le vocabulaire se réduit au point d’éprouver des difficultés à entamer une conversation ; lorsque le malade n’est plus capable de répondre par oui ou par non à des questions simples.
Il peut aussi émettre des grognements ou des gémissements ; il souffre de troubles du sommeil et de troubles émotionnels comme, en particulier, l’anxiété.

En résumé, ces différents signes qui se manifestent souvent lentement et insidieusement vont conduire à une situation irréversible dans laquelle le malade va se retrouver dans un autre monde qui mélangera des éléments de son passé, de son présent et ses fantasmes.
A partir de ce moment-là, il n’a plus de tabous, de barrières, de retenue, il est hors du temps.